Policy and Research Papers

Herders against Farmers: Nigeria’s Expanding Deadly Conflict

Propelled by desertification, insecurity and the loss of grazing land to expanding settlements, the southward migration of Nigeria’s herders is causing violent competition over land with local farmers. To prevent the crisis from escalating, the government should strengthen security for herders and farmers, implement conflict resolution mechanisms and establish grazing reserves.

For full access to Herders against Farmers: Nigeria’s Expanding Deadly Conflict, kindly follow the link.

Paper

Faire la paix et construire l'Etat : Les relations entre pouvoir central et périphéries sahéliennes au Niger et au Mali

Le Niger et le Mali partagent des configurations territoriales et des trajectoires historiques à première vue assez similaires. La récurrence des rébellions portées par des groupes essentiellement nomadiques pose la question des rapports entre centre et périphérie dans ces Etats. Cette étude a pour vocation d’analyser comment ces Etats tentent de « faire la paix » (peacemaking), à défaut de la « construire » (peacebuilding), aboutissant à des arrangements hybrides bricolés et court-termistes. L’étude intègre les manières de faire la paix et de faire la guerre dans un cadre analytique commun. Elle se structure cependant autour d’une analyse des formes de mobilisation violentes suivie de celle des actions étatiques.

Pour accéder à "Faire la paix et construire l'Etat : Les relations entre pouvoir central et périphéries sahéliennes au Niger et au Mali", veuillez suivre le lien. 

Paper

Delivering the UN ‘sustaining peace’ agenda

Armed conflict and violence are increasingly complex, dynamic and protracted. Conflict is fuelled by an array of overlapping factors, including violent extremism, weak governance, the dominance of some groups and the suppression or exclusion of others, socio-economic inequalities, environmental degradation and competition over resources and the proliferation of arms. The impacts on civilians are devastating, with millions killed and injured. Over 65 million people were forcibly displaced in 2016 alone.

This briefing note sets out proposals for UN Member States to consider to ensure that the UN system is fit for the purpose of sustaining peace. It draws on recent ODI research commissioned by the UN system on the capacities of UN agencies, funds and programmes (AFPs) to sustain peace and on UN system-wide capacities for preventing armed conflict and crises (both forthcoming).

For full access to Delivering the UN ‘sustaining peace’ agenda, kindly follow the link.

Paper

Buddhism and State Power in Myanmar

Extreme Buddhist nationalist positions including hate speech and violence are on the rise in Myanmar. This article argues that rather than ineffective bans on broad-based groups like the Association for the Protection of Race and Religion (MaBaTha), the government should address underlying causes and reframe the debate on Buddhism’s place in society and politics.

For full access to Buddhism and State Power in Myanmar, kindly follow the link.

Paper

Une arme à double tranchant : comités de vigilance et contre-insurrections africaines

Confrontés à des insurrections croissantes, les Etats africains défaillants font ce que les Etats faibles ont tendance à faire : sous-traiter certains services de sécurité à des acteurs non étatiques ou à des comités de vigilance, dont beaucoup de membres ont pris les armes pour protéger leurs communautés. Cette approche est parfois considérée comme une nécessité, mais est souvent dangereuse, en particulier dans les Etats politiquement instables et divisés. Plus l’Etat est fragile, plus il est dépendant des comités de vigilance, mais moins il est capable de les contrôler ou d’empêcher les abus de pouvoir. Plus le comité de vigilance réussit à lutter contre les insurgés, plus il est difficile de démobiliser ses combattants, et plus il a de chances de s’établir durablement. En raison de rivalités ethniques et d’allégeances, les groupes de défense communautaires peuvent se transformer en organisations prédatrices, quasi criminelles ou en ennemis de l’Etat central. Pourtant, même quand les risques l’emportent sur les avantages, les dirigeants africains peuvent ne pas avoir le choix. Au minimum, les gouvernements africains et leurs partenaires internationaux devraient tirer les leçons du passé, essayer d’éviter les abus, empêcher que les comités de vigilance ne dévient de leur mission initiale, et planifier leur rôle et réintégration post-conflit.

Pour accéder à Une arme à double tranchant: comités de vigilance et contre-insurrections africaines, veuillez suivre le lien. 

Paper